Est-ce une bonne idée de vendre à l’international en 2022 ?

Le commerce électronique sans frontières

  • 15 septembre 2022

Il est rare qu’un commerçant restreigne volontairement sa cible et se prive ainsi de clients. Or, la vente à l’international est l’occasion d’augmenter votre chiffre d’affaires. Toutefois, le principe de la libre circulation ne s’applique pas partout. Les exportations de certaines marchandises sont soumises à des restrictions de circulation ou rigoureusement interdites. Par ailleurs, vous devez considérer la façon dont seront transportées vos marchandises pour vous assurer de leur arrivée à bon port, en bon état. Enfin, si votre commerce est adapté à la vente à l’international, vous devez vous y préparer, voici comment.

Le commerce électronique ne connaît pas de frontières

Internet a fait tomber les barrières des frontières pour la circulation de l’information et a facilité la vente à l’international pour le commerce électronique. Les acheteurs en ligne n’étant pas limités par le temps et l’espace, ils peuvent passer commande depuis n’importe où dans le monde et à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.

Si vous pouvez expédier un colis à l’autre bout de la France, pourquoi ne pas l’envoyer à l’autre bout du monde ?

Quelles sont les conditions pour vendre à l’international ?

Avant de vous lancer dans la vente à l’international, vous devez vérifier que votre activité s’y prête.

Vos produits sont-ils autorisés à l’étranger ?

Vous devez tenir compte de la législation des autres pays. Certains produits sont totalement proscrits, tandis que d’autres font l’objet de contrôles drastiques qui retardent trop longuement les livraisons pour que l’opération demeure intéressante. Les douanes appliquent en effet les réglementations nationales et internationales restrictives, en collaboration avec d’autres administrations, et peuvent retenir temporairement ou définitivement vos articles à la frontière.

Vous devez tenir compte des mesures de restriction et de prohibition qui règnent dans certains pays. D’autre part, vous êtes restreint par les mesures d’embargo prises par les gouvernements. Chacun présentant des exigences spécifiques, il n’est pas possible de les résumer ici, mais vous vous retrouvez malgré vous dépendant de la géopolitique.

Les articles prohibés peuvent être extrêmement divers. Les produits alimentaires par exemple font l’objet de réglementations sévères. Il en va de même pour la vente des produits végétaux. Vous devez également tenir compte des normes de sécurité qui diffèrent d’un pays à l’autre. Certains articles peuvent être autorisés, à la condition de porter un message d’information ou une étiquette précisant certains éléments.

Les produits pharmaceutiques, les compléments alimentaires et tous les produits participant au bien-être subissent aussi des restrictions. En toute logique, les produits à base de CBD sont particulièrement contrôlés, mais aussi les articles liés au vapotage qui est aujourd’hui interdit dans certains pays.

Prenez vraiment le temps d’étudier les conditions dans tous les pays, car certaines réglementations sont inattendues. Par exemple, les trotteurs pour bébés sont désormais illégaux au Canada, car jugés trop dangereux.

Vos produits sont-ils adaptés au transport ?

Si vous vendez des articles périssables, ils peuvent ne pas supporter les conditions de transport. Si vous vendez des produits alimentaires ou des végétaux, il n’est pas toujours possible de les conditionner pour le transport. D’autre part, vous devez tenir compte des délais. Une plante peut supporter deux ou trois jours dans un contenant bien adapté, mais elle ne survivra pas à une ou plusieurs semaines de transit.

Les frais de transport sont-ils supportables ?

Lorsque vous expédiez un colis, vous pouvez intégrer la livraison dans votre marge ou la faire payer par votre client. Dans tous les cas, elle se répercute sur le prix final. Or, si vous vendez des articles lourds et/ou encombrants, les coûts pour le port peuvent devenir prohibitifs. Faites vos calculs et déterminez dans quels pays votre commerce demeure rentable, avant d’ouvrir la vente.

Les taxes sur le commerce électronique international

Le droit fiscal international est complexe. Vous devez étudier au cas par cas les taxes qui s’ajoutent à vos transactions. Vous devez ensuite vous renseigner sur la façon dont vous allez déclarer ces frais à l’administration fiscale française, afin qu’ils n’entament pas vos marges.

Si vous êtes désormais certains que vos produits peuvent se vendre à l’international, vous devez vous y préparer. Voici les étapes à suivre.

Déterminez comment vendre vos articles à l’étranger

Vous disposez de deux options pour vendre vos articles à l’étranger : votre boutique e-commerce ou les plateformes internationales comme eBay, Etsy, Alibaba, etc. Si vous choisissez la seconde option, prenez le temps d’étudier les conditions de vente. Vous serez redevable de taxes liées à l’exportation, mais aussi aux frais directs des plateformes qui peuvent appliquer des forfaits ou des pourcentages qui réduisent votre marge commerciale à néant.

D’autre part, intéressez-vous à la façon dont vos produits sont mis en valeur sur la plateforme, car si vous êtes noyé dans la masse, vous allez dépenser beaucoup d’énergie pour rien. Enfin, n’oubliez pas de synchroniser la plateforme internationale avec vos stocks pour ne pas être pris au dépourvu et assurer vos expéditions dans les délais promis.

Traduisez votre site et vos fiches produits

Si vous vendez en dehors d’une zone francophone, vous devez impérativement traduire les informations sur votre site, ainsi que les fiches produits. L’anglais est un minimum. Si vous visez un pays en particulier, vous devrez ajouter une traduction dans sa langue.

Traduisez vos factures et surtout les devises

Si vous vendez en dehors de la zone euro, traduire les tarifs dans différentes devises est incitatif. Les internautes apprécieront de ne pas avoir à rechercher le taux de leur monnaie par rapport à l’euro et d’avoir à sortir leur calculatrice. C’est d’autant plus important lorsque le prospect a terminé de remplir son panier et qu’il voit s’afficher le prix total, livraison comprise. La conversion automatique affichée évite bien des abandons de paniers.

Sélectionnez un logiciel de facturation e-commerce multilingue

Vous envoyez pour chaque vente une facture à votre client. Il existe des logiciels de facturation e-commerce multilingues — comme Bizyness par exemple — qui traduisent automatiquement les factures et appliquent les taux de change en vigueur. Le client apprécie la transparence, tandis que le logiciel gère directement votre comptabilité. 

Prenez en compte la politique de retour

La politique de retour s’applique pour les ventes à l’international, mais les conditions tarifaires ne sont pas les mêmes. Outre le coût plus lourd que pour un transport en France, vous devez intégrer les taxes qui s’y rapportent.

Prévoyez ces suppléments dans vos conditions générales de vente.

 

Si votre activité s’y prête, il n’y a pas de raisons de ne pas vous lancer dans la vente à l’international, car elle constitue un levier intéressant pour augmenter votre chiffre d’affaires.

Besoin d'aide pour gérer simplement votre entreprise ?

Rejoignez nos centaines de clients déjà satisfaits ! Essayez Bizyness gratuitement pendant 30 jours, sans engagement ni carte de crédit.

© 2022 Bizyness. Développé avec en Haute-Savoie.